Bruynzeel équipe les réserves du musée des Confluences de Lyon

Un bâtiment exceptionnel pour accueillir le nouveau musée des Confluences

Olivier Bathellier

Nous avons, pour la première fois, un espace dédié à l’ethnologie avec des réserves dignes de ce nom.

Olivier BathellierResponsable régie des œuvres, Conservation préventive, Musée des Confluences

Ouvert depuis décembre 2014, le musée des Confluences a trouvé sa place dans un bâtiment à l’architecture exceptionnelle, comme sorti des eaux à la rencontre de la Saône et du Rhône. Conçu par l’agence autrichienne CoopHimmelb(l)au, le bâtiment s’organise en deux espaces distincts : le « Nuage » et le « Cristal ». Le Nuage, flotte sur des piliers au dessus du fleuve. Constitué d’une séquence de boîtes noires opaques à la lumière du jour, il offre une flexibilité maximale dans la scénographie des expositions. En contraste, le Cristal s’érige du côté de la ville en un forum transparent pour accueillir les visiteurs.

L’envers du décor est tout aussi bien conçu. De larges couloirs et des monte-charges adaptés facilitent la manutention des collections en provenance de l’ancien Museum d’Histoire Naturelle de Lyon. Et côté réserves, tout a également été prévu. « Nous avons, pour la première fois, un espace dédié à l’ethnologie avec des réserves dignes de ce nom » déclare Olivier Bathellier, Responsable régie des œuvres.  Le musée dispose d’un fond de collection très varié. Outre les collections de l’ancien Museum d’Histoire Naturelle (le musée Guimet pour les lyonnais), le musée des Confluences abrite également quelques fonds de collection du musée d’arts asiatiques Guimet de Paris et de l’ancien musée colonial de Lyon.  La collection égyptienne est la première d’Europe en animaux momifiés égyptiens, et deuxième mondiale après le Caire.

Aménagement des réserves | Optimiser les volumes et assurer des bonnes conditions de conservation préventive

Une fois les collections des expositions permanentes mises en place (environ 3 000 objets), il a fallu déménager l’ensemble des collections des réserves. Un travail de taille puisqu’il s’agissait de déplacer quantités d’objets ethnologiques (environ 60 000 numéros d’inventaire).

Des contraintes liées aux locaux

Initialement stockées dans 5 réserves d’environ 750 m², les collections devaient être regroupées dans deux espaces d’une surface au sol d’environ 500 m² au sol. Il fallait donc trouver une solution qui permettrait d’exploiter le volume des réserves pour accueillir l’ensemble des collections existantes mais aussi prévoir un accroissement de 20%.

En matière d’agencement, un des deux locaux est relativement simple à exploiter car il est de forme rectangulaire – avec tout de même deux poteaux au milieu de l’espace. La deuxième réserve est plus tarabiscotée, en forme de trapèze.

En outre, la charge maximale au sol admise est de 750 kg/m².

Une particularité de stockage

La moitié des collections est stockée dans des tiroirs portoirs métalliques de différentes dimensions. Les objets sont déménagés dans leur tiroir et la nouvelle solution de rangement doit être adaptée pour accueillir ces tiroirs de toutes tailles. « Ce sont tout de même environ 2400 tiroirs qui sont concernés », précise Olivier Bathellier.

Des conditions optimales de conservation préventives

L’aménagement des nouvelles réserves doit prendre en compte les contraintes de conservation préventives et permettre notamment une bonne ventilation et le maintien de conditions climatiques uniformes dans le local.

Un cahier des charges précis pour l’appel d’offres

Olivier Bathellier synthétise ses besoins dans un cahier des charges précis :

  • Calculs d’occupation de volumes
  • Descriptif des surfaces attendues
  • Nombre de colonnes attendues pour accueillir les tiroirs portoirs.
  • Flexibilité sur les réglages en hauteur
  • Contraintes de climatisation à respecter
  • Ergonomie des manipulations des œuvres à prendre en compte pour éviter les accès en hauteur par exemple.

Des rayonnages fixes en mode « Tetris »

« Parmi toutes les offres reçues, celle de Bruynzeel présentait la meilleure solution technique. » explique Olivier Bathellier. « Tous les aspects du cahier des charges ont été pris en compte :

  • l’espace était optimisé au maximum,
  • les glissières étaient conçues pour accueillir facilement les tiroirs portoirs existants,
  • les étagères étaient faciles à régler,
  • la hauteur maximale de 2m10 permettait un accès correct aux tiroirs les plus hauts, qui peuvent parfois être un peu lourds,
  • l’air circulait correctement,
  • l’accès et la manutention ont été bien pensés.»

Pour exploiter tout le volume disponible, Bruynzeel met en place deux magasins à étage. « En raison de nos contraintes de charge au sol, nous n’avons pas pu installer de rayonnage mobile double hauteur. Nous avons donc opté pour des rayonnages fixes en mode « Tetris ». Bruynzeel a mis en place une solution avec mezzanine autoportée intégrée au mobilier. » explique Olivier Bathellier.

magasin à étages dans les réserves du musée des confluences
meuble à plans cubique pour le stockage à plat
rayonnages à tubes pour le stockage des objets enroulés
cantilevers sans entrave pour le stockage des longues portées
grilles à tableaux coulissantes

Les magasins à étage sont équipés de différentes solutions de stockage adaptées à la nature et aux dimensions des objets à stocker.

De grands meubles à plans cubiques (1m50 x 1m50 x 1m50) permettent le stockage d’objets à plat.

Des rayonnages à tubes accueillent les textiles et autres objets roulés.

Des cantilevers sans entrave permettent de poser les objets très longs et un peu volumineux tels que les pirogues ou des lances océaniennes de plus de 5 mètres de long.

Les grilles à tableaux coulissantes se déploient complètement et sans à-coup. Un système de double-grilles permet l’accrochage et le décrochage des tableaux sans risque.

L’ensemble du mobilier mis en place est revêtu d’une peinture époxy qui empêche tout transfert de produit chimique.

Le montage des systèmes de stockage a été rapide et réalisé dans le respect des contraintes de temps qui avaient été communiquées. L’ensemble des rangements a été installé en trois semaines.

L’avis des utilisateurs

Olivier Bathellier est content de ses nouvelles réserves.

Tout a été bien pensé, même au niveau de la manutention. On peut arriver avec des pirogues ou des lances océaniennes de 5 mètres de long. Les objets trouvent immédiatement leur place sans avoir besoin de faire de manipulation acrobatique.

Olivier Bathellier, Responsable régie des œuvres, Conservation préventive, Musée des Confluences

Le déménagement des collections a démarré en septembre 2015 et, après une pause nécessaire au récolement de la collection, devrait se terminer en septembre 2016. « La première disposition des œuvres s’est bien passée. Avec l’arrivée du reste de la collection, il nous faut encore organiser un peu mieux le rangement des œuvres de façon plus logique. Mais nous avons l’outil pour le faire ! » déclare Olivier Bathellier.

Références Clients | Réserves de Musées

 

Spécialiste du mobilier de réserves de musées, Bruynzeel a travaillé avec de nombreux musées à travers le monde. Découvrez quelques unes de nos références d’aménagement de réserves.

Marianne Guilhen

Marianne Guilhen

Marketing and Communication - France-Belgium @ Bruynzeel Storage Systems

More Posts